• La Martyre, le plus ancien des "grands enclos".

     

    L'histoire officielle retient que c'est dans le monastère qui s'étendait là, jadis, que le roi de Bretagne, Salomon fut assassiné la nuit du 23juin 874. D'où le nom donné à la commune de La Martyre et à son église, Saint-Salomon, cernée par le plus ancien enclos paroissial du Léon (XIème siècle). La Martyre vient du breton "ar Merzer Salaün", le martyr de Salomon.

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le clocher de l'église, peut-être influencé par la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon, est érigé dans les premières années du XIVème siècle sur une maçonnerie plus ancienne.


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     L’accès à l’enclos se fait par un arc de triomphe de style gothique flamboyant qui présente la particularité d'être surmonté d’un chemin de ronde d’où l’on pouvait surveiller la foule lors des foires. La Martyre, ancienne trève de Ploudiry et dépendant de l'ancien évêché de Léon, était autrefois le siège d'une foire où l'on venait d'Irlande, d'Angleterre et des Flandres.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     Le porche, de l’église fut le premier du genre dans la région (1460). Construit en pierre de Kersanton, il présente diverses scènes de la vie de Jésus Christ, dont la Nativité à la Vierge couchée, autrefois allaitante, elle a été mutilée par un prêtre pudibond.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    A l’intérieur du porche, Le bénitier orné de l'Ankou, personnification de la mort dans la Bretagne d’autrefois, date de 1601. Aux murs sont accrochés des niches abritant les douze apôtres. Les apôtres sont présents comme piliers de l'église accueillant le fidèle et ouvrant la route vers Notre-Dame-de-Bonne-Encontre.

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     Le bénitier au lanternon.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le maître autel exécuté en 1706 est l'oeuvre d'Alain Castel.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le retable du XVIIème siècle, avec scènes de martyres, est posé sur un autel en granit du XVème siècle : il s'agit des martyres de saint Sébastien, saint Jean évêque et saint Mémoire.

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Lumière Céleste.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Les fresques réapparues lors de la rénovation des enduits en 2010.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     L'armoire des "trésors".

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     À l'intérieur de l'église, on découvre un chancel, des vitraux du XVIe à côté de vitraux contemporains, un baptistère...

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     La Vierge allongée, autrefois allaitante.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le dessin de la cariatide, au corps enserré dans des bandelettes, est tiré des traités d'architecture classique qui circulaient dans les ateliers d'architectes et de sculpteurs de Landerneau. Elle supporte la saillie supérieure du pan coupé de l'ossuaire. Pour favoriser la circulation dans l'enclos, le constructeur dut en effet abattre l'angle du bâtiment et recourir à ce procédé pour le consolider.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    L'ossuaire de 1619 rappelle sa fonction par la présence d'un homme qui brandit un crâne et un os et la citation : « La mort, le jugement, l'enfer glacé, quand l'homme y songe, il doit trembler : fol est, si par mégarde son esprit ne voit qu'il faut mourir. »


    3 commentaires
  •  

    Réseau du petit Patrimoine

    Construite au 17ème siècle, la chapelle de Saint-Eloi est dédiée au saint patron des orfèvres et des forgerons. Saint-Eloi est aussi le protecteur des chevaux.

     

     


    Réseau du petit Patrimoine

    Réseau du petit Patrimoine

    Réseau du petit Patrimoine

    L'appellation Saint-Eloi a remplacé peu à peu celle de Sant-Alar , un vieux saint breton patron des chevaux. Saint-Eloi est en général représenté accompagné d’un cheval, le pied levé sur l’enclume.

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    Le pardon a lieu le dernier dimanche de juin et selon un rite immuable se déroule en trois temps : la bénédiction des chevaux, le lamm Saint-Alar, les offrandes. Le pardon accueillait autrefois entre 300 et 400 chevaux, tous décorés de fleurs.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    La croupe et le col des chevaux étaient arrosés de l'eau de la fontaine placée sous la protection de Sainte-Brigitte. L'eau posséderait des vertus de fécondité… Les chevaux étaient bénis en espérant qu’ils aient la chance d’avoir un poulain.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le privilège d’être l’arroseur des chevaux s’achetait aux enchères lors de la messe du dimanche précédent le Pardon. Celui qui mettait l’enchère la plus haute, pour obtenir ce droit, remboursait avec les pièces que lui donnait chaque propriétaire en échange de la bénédiction de ses chevaux. Normalement l’enchère était remboursée…

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Puis les cavaliers devaient accomplir le lamm Sant Alar, le saut au-dessus du ruisselet sortant de la fontaine.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    La niche de cette dernière abrite un bas-relief de calcaire représentant...  Saint-Martin partageant son manteau.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    La petite construction, devant la chapelle, abrite une table d'offrande et un banc qui servaient le jour du pardon à recevoir les dons.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    Les gardiens des oboles s'asseyaient sur le banc. Une fois le saut accompli, les cavaliers leur déposaient des crins de cheval, du beurre ou de l’avoine…

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

     Réseau du petit Patrimoine

     Puis pied à terre, ils tournaient trois fois autour de la chapelle en tenant leur cheval par la bride.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Un tour pour le Père, un pour le Fils et le dernier pour le Saint-Esprit.

     

     


     Réseau du petit Patrimoine

    Réseau du petit Patrimoine

    Un calvaire de 1539, élevé sur un socle à cinq degrés est timbré aux armes des du Chastel, famille fondatrice des lieux.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    La porte de la chapelle est rarement ouverte...

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    Elle abrite les statues de Saint-Eloi et Saint-Marc. L’autel est celui d’origine, la chapelle ayant été reconstruite au 19 ème siècle.

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

      15h30...  l'heure d'un « cacher » de soleil !


    3 commentaires
  •  

    Réseau du petit Patrimoine

    Pour un plus que centenaire, ce gigantesque meccano a encore fière allure. Son aspect de légèreté ne nuit pas à sa solidité !  Inauguré le 24 mai 1893, ce type de construction était la première du genre en France.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    La Tour Eiffel ?

     


    Réseau du petit Patrimoine

    Non ! Mais comme la Tour Eiffel, le fer puddlé a servi de matériau et la technique du boulonnage a été retenue pour assurer la dilatation naturelle de l’ouvrage.

     

     


     

     Réseau du petit Patrimoine

    Son élégance est due aux sept piles métalliques ajourées, chacune d’elles étant formées de deux jambes dont l’écartement au sol atteint 12 mètres pour la pile la plus élevée.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Solidement arcboutées sur des embases de maçonnerie de 4 mètres  au-dessus du sol, les jambes se jouent du vent d’ouest qui s’engouffre dans la vallée.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Pour suivre les mouvements de dilatation du tablier, les piles du viaduc pivotent sur elles-mêmes au moyen de charnières. Les mouvements de ce colosse aux pieds d’argile sont imperceptibles à l’œil nu.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Construit par l’architecte Harel de la Noé, il jette ses 109 mètres de portée au-dessus du ruisseau le Spernot et le domine de près de 20 mètres.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Si l’aspect technique à son importance, ce n’était pas la préoccupation première des gamins d’autrefois. Certains se sont essayés à l’alpinisme en grimpant le long des piles… jeux dangereux s’il en est.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    On y a aussi vu un parachutiste d’occasion qui à la suite d’un pari stupide, heureusement sans conséquence, se laissa tomber du parapet muni d’un large parapluie !

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Du coté de l’ancienne Brasserie de Lambézellec, le tablier est solidement ancré par de forts tirants en fer,

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    tandis que de l’autre coté il peut glisser sur des rouleaux.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Attention : une cheminée peut en cacher une autre !

    Le bruit de ferraille et le tremblement du pont se ressentaient jusqu’en bas quand le « train patates », dont le panache se diluait entre les branches des châtaigniers, passait en s’annonçant d’un coup de sifflet. 

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Plus de risque aujourd’hui de voir la cheminée du « train patate » se confondre avec celle de la brasserie. Le dernier train est passé fin 1946. Transformé pour permettre la circulation des véhicules, les automobiles y passeront jusque dans les années 70. Depuis, la circulation est réservée aux deux roues et aux piétons.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    En bas, dans le cadre feuillu du bois de la « Brass », les promeneurs peuvent serpenter le long du ruisseau du Spernot ou regarder les boulistes jouer…

    Malgré les réparations successives, le pont s’est dégradé au point d’envisager sa destruction partielle il y a une dizaine d’années. Il n’en n’a rien été. En mars 2010, le viaduc a bénéficié d’un million d’euros pour sa remise en état. Il est désormais inscrit au schéma directeur vélo de Brest Métropole Océane et compte bien voir beaucoup de monde y passer durant encore de nombreuses années…


    3 commentaires
  •  

     

    Les  monts d’Arrée,  situés au cœur du Finistère,  sont les montagnes de la Bretagne. Ces sommets armoricains  offrent  des points de vue spectaculaires. Landes et rocs  à perte de vue entourent les sommets du Roc’h Trévézel, de Roc’h Trédudon, du roc’h Ruz  en passant par le Tuchen Kador et bien d’autres.

     


     

    Terre à terre

    Bienvenue aux portes de l’enfer, à la lisière de l’irréel et de l’imaginaire …

     

     

     

    Terre à terre

    En pente douce vers le lac de Brennilis, vous traverserez  les marais du Yeun Elez.

     

     

     

     Terre à terre

    Des Paysages très  « Rocs and Trolls »… yeah !

     

     

     

     

    Terre à terre

     

    Vue sur l’antenne de télévision de Roc’h Trédudon. Celle-ci fut dynamitée en 1974, privant les bretons de télévision durant plusieurs mois. Conséquence inattendue, cet attentat donna lieu à une forte augmentation des naissances  quelques mois plus tard. Et ce n’est pas une légende de plus des monts d’Arrée : Trop de télé nuit à la fertilité …

     

     

     

     

    Terre à terre

     

    Quelque part en ces terres,  vous croiserez le vaisseau de pierre de Saint Eneour.


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique