• La Martyre

    La Martyre, le plus ancien des "grands enclos".

     

    L'histoire officielle retient que c'est dans le monastère qui s'étendait là, jadis, que le roi de Bretagne, Salomon fut assassiné la nuit du 23juin 874. D'où le nom donné à la commune de La Martyre et à son église, Saint-Salomon, cernée par le plus ancien enclos paroissial du Léon (XIème siècle). La Martyre vient du breton "ar Merzer Salaün", le martyr de Salomon.

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le clocher de l'église, peut-être influencé par la cathédrale de Saint-Pol-de-Léon, est érigé dans les premières années du XIVème siècle sur une maçonnerie plus ancienne.


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     L’accès à l’enclos se fait par un arc de triomphe de style gothique flamboyant qui présente la particularité d'être surmonté d’un chemin de ronde d’où l’on pouvait surveiller la foule lors des foires. La Martyre, ancienne trève de Ploudiry et dépendant de l'ancien évêché de Léon, était autrefois le siège d'une foire où l'on venait d'Irlande, d'Angleterre et des Flandres.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     Le porche, de l’église fut le premier du genre dans la région (1460). Construit en pierre de Kersanton, il présente diverses scènes de la vie de Jésus Christ, dont la Nativité à la Vierge couchée, autrefois allaitante, elle a été mutilée par un prêtre pudibond.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    A l’intérieur du porche, Le bénitier orné de l'Ankou, personnification de la mort dans la Bretagne d’autrefois, date de 1601. Aux murs sont accrochés des niches abritant les douze apôtres. Les apôtres sont présents comme piliers de l'église accueillant le fidèle et ouvrant la route vers Notre-Dame-de-Bonne-Encontre.

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     Le bénitier au lanternon.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le maître autel exécuté en 1706 est l'oeuvre d'Alain Castel.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le retable du XVIIème siècle, avec scènes de martyres, est posé sur un autel en granit du XVème siècle : il s'agit des martyres de saint Sébastien, saint Jean évêque et saint Mémoire.

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Lumière Céleste.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Les fresques réapparues lors de la rénovation des enduits en 2010.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     L'armoire des "trésors".

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     À l'intérieur de l'église, on découvre un chancel, des vitraux du XVIe à côté de vitraux contemporains, un baptistère...

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

     La Vierge allongée, autrefois allaitante.

     

     

    Réseau du petit Patrimoine

    Le dessin de la cariatide, au corps enserré dans des bandelettes, est tiré des traités d'architecture classique qui circulaient dans les ateliers d'architectes et de sculpteurs de Landerneau. Elle supporte la saillie supérieure du pan coupé de l'ossuaire. Pour favoriser la circulation dans l'enclos, le constructeur dut en effet abattre l'angle du bâtiment et recourir à ce procédé pour le consolider.

     


     

    Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

     

     

     

     Réseau du petit Patrimoine

    L'ossuaire de 1619 rappelle sa fonction par la présence d'un homme qui brandit un crâne et un os et la citation : « La mort, le jugement, l'enfer glacé, quand l'homme y songe, il doit trembler : fol est, si par mégarde son esprit ne voit qu'il faut mourir. »


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    fanfan de troyes Profil de fanfan de troyes
    Vendredi 11 Mars 2011 à 22:54

    La Bretagne, ses monuments, un pays que j'adore...

    Je suis Bretonne, mon âme est Bretonne à jamais. 

    Je te remercie pour ces belles images.

    A bientôt, Fanfan

    2
    Mardi 15 Mars 2011 à 19:56

    Tout y est...bravo et respect total Monsieur lairdepi

    Ah oui....tes photos

    bisous

    3
    bohanne
    Dimanche 8 Mai 2011 à 16:45

    Magnifique et Instructif ...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :